Première partie

L’instantané ‘‘Monaco en films’’, issu des collections de l’Institut.

12 Years a Slave

États-Unis – 2014 – couleur – 133 min. – VOSTF

Réalisation : Steve McQueen.

Scénario : John Ridley, d’après Douze ans d’esclavage de Solomon Northup.

Image : Sean Bobbitt.

Musique originale : Hans Zimmer.

Décors : Adam Stockhausen.

Costumes : Patricia Norris.

Montage : Joe Walker.

Production : River Road Entertainment, Regency Enterprises, Plan B Entertainment, New Regency Pictures, Film4 (London).

Avec : Chiwetel Ejiofor (Solomon Northup), Michael Fassbender (Edwin Epps), Benedict Cumberbatch (Ford), Paul Dano (Tibeats), Garret Dillahunt (Armsby), Paul Giamatti (Freeman), Scoot McNairy (Brown), Lupita Nyong’o (Patsey), Adepero Oduye (Eliza), Sarah Paulson (Mistress Epps), Brad Pitt (Bass)

 

L’HISTOIRE

Les États-Unis, quelques années avant la guerre de Sécession. Solomon Northup, jeune homme noir  originaire de l’État de New York, est enlevé et vendu comme esclave. Face à la cruauté d’un propriétaire de plantation de coton, Solomon se bat pour rester en vie et garder sa dignité.

 

CRITIQUE

De la grève de la faim d’un prisonnier politique de l’IRA (Hunger, 2008) à la chronique sexuelle d’un yuppie newyorkais (Shame, 2011), McQueen fait toujours du corps de ses personnages, de l’épreuve charnelle dont ils sont porteurs, l’enjeu intellectuel et moral de ses films. Son troisième long métrage montre l’esclavage tel qu’il aliène d’abord le corps d’un homme, tel qu’il le prive de liberté, tel qu’il le stigmatise, tel qu’il l’humilie, tel qu’il le déchoit en un mot de son humanité. Simplicité biblique, si l’on veut, de ce projet, sauf qu’à bien chercher dans l’histoire du cinéma aucun film ne le mène réellement à bien tant il est radical. Pari difficile qui consiste à retenir le spectateur durant plus de deux heures au plus près d’un héros incessamment martyrisé, au plus près des sévices qu’on lui inflige, et partant au risque de l’amertume saisissant le public à la vision de ce spectacle qui fait honte à la civilisation occidentale.

Jacques Mandelbaum, lemonde.fr, 1er mars 2014.