Précédent
Précédent
Précédent
Suivant
Suivant
Suivant

ATTENTION Nouvel horaire​ - Projection à 19H

Première partie

L’instantané ‘‘Monaco en films’’, issu des collections de l’Institut, suivi d’un court métrage :

Empty Places, de Geoffroy de Crécy (France, 2020, couleur, 8 min.).

Réalisé avant la pandémie et le confinement, ce film, rythmé par La Sonate au clair de lune, est une ode à la mélancolie des machines.

FELLINI ROMA

Federico Fellini

Roma. Italie – 1972 – Couleur – 119 min., vostf.

Réalisation : Federico Fellini.

Scénario : Federico Fellini, Bernardino Zapponi.

Image : Giuseppe Rotunno.

Musique originale : Nino Rota.

Chorégraphie: Gino Landi.

Décors : Federico Fellini, Danilo Donati.

Costumes : Danilo Donati.

Montage : Ruggero Mastroianni.

Production : Ultra Film (Rome), Les Artistes Associés (Los Angeles).

Avec : Federico Fellini, Marcello Mastroianni, Anna Magnani, Gore Vidal, John Francis Lane, Alberto Sordi, Peter Gonzales Falcon (Fellini à 18 ans).

 

L’HISTOIRE

‘‘Roma est l’histoire d’une ville vue par les yeux de celui qui la raconte, c’est un ensemble de fantaisies, souvenirs, évidences, notations, affections et ressentiments comme ils peuvent affleurer dans l’âme de qui se propose une représentation de cette cité composite, contradictoire, et somme toute insaisissable.’’ Federico Fellini.

 

CRITIQUE

Hymne à la civilisation et à la jeunesse, introspection démesurée, Fellini Roma est époustouflant : tièdes s’abstenir, on ne parle pas du terrible sur le ton de la confidence ou de murmure, ici on fracasse, on trépigne, on hurle, on crie de joie ou de souffrance, on manie les concepts de mort et d’éternité comme d’autres parlent de tiercé ou de loto. De temps en temps, une trêve vous coupe le souffle, comme celle où l’air et la lumière trop vivement ramenés sur des fresques millénaires les effacent, les tirent. Mensonge continuel, tricherie formidable, c’est un film d’une terrible vérité. Un moment absolu de cinéma.

Mireille Amiel, Cinéma n° 251, novembre 1979, p. 132.