Précédent
Précédent
Précédent
Suivant
Suivant
Suivant

Conformément aux mesures prises par le Gouvernement Princier face à la progression du Covid-19,

l'Institut audiovisuel de Monaco est contraint d'annuler, jusqu'à nouvel ordre, les projections prévues au Théâtre des Variétés

dans le cadre de "Tout l'Art du Cinéma".

Première partie

Une archive issue des collections de l’Institut.

LA PRISONNIÈRE DU DÉSERT

John Ford (1956)

The Searchers, États-Unis, 1956, couleurs, 119 min., vostf

Réalisation : John Ford. Scénario : Frank S. Nugent d’après le roman The Searchers d’Alan Le May. Image : Winton C. Hoch. Son : Hugh McDowell, Howard Wilson. Musique originale : Max Steiner, Frank Hotaling, James Basevi. Décors : Victor A. Gangelin. Costumes : Frank Beetson, Ann Peck. Montage : Jack Murray. Production : C.V. Whitney Pictures pour Warner Bros. Avec : John Wayne (Ethan Edwards), Jeffrey Hunter (Martin Pawley), Vera Miles (Laurie Jorgensen), Ward Bond (le révérend Capitaine Samuel Johnson Clayton), Natalie Wood (Debbie Edwards, adulte), John Qualen (Lars Jorgensen), Olive Carey (Madame Jorgensen), Henry Brandon (Chef Cicatrice), Ken Curtis (Charlie McCorry).

.

L’HISTOIRE

En 1868, c’est-à-dire au lendemain de la guerre de Sécession, une bande d’indiens Comanches massacre une famille de fermiers et enlève deux jeunes filles : Lucy, 17 ans, et Debbie, 11 ans. L’oncle Ethan, qui venait d’arriver au ranch et que la ruse des Indiens avait écarté pour quelques heures, décide de poursuivre les ravisseurs avec Martin, frère adoptif des jeunes filles, Brad, le fiancé de Lucy, le pasteur, qui fait office d’officier de police, et un groupe de ranchers.

 

CRITIQUE

Il est très limitatif sinon faux de dire que ce film est le meilleur western de Ford puisqu’il s’agit tout simplement de son plus beau film. La mise en scène atteint ici à un dépouillement, une pureté de lignes dont la splendeur et l’efficacité me bouleverse à chaque fois. Je l’ai vu une trentaine de fois et peut-être un jour essaierai-je d’en rendre compte en une centaine de pages. L’histoire simple est celle d’une jeune fille qui sort par la fenêtre pour rentrer par la porte : entre-temps elle a couché avec un Indien.

Alain Carbonnier in Cinéma n° 312, p. 6, décembre 1984.