Précédent
Précédent
Précédent
Suivant
Suivant
Suivant

Première partie

L’instantané ‘‘Monaco en films’’, issu des collections de l’Institut, suivi d’un court métrage :

The Goat, de Buster Keaton et Malcolm St. Clair (États-Unis, 1925, noir et blanc, 24 min.).

Suite à un malencontreux quiproquo, Buster se retrouve poursuivi par la police.

LA SOUPE AU CANARD

Leo McCarey

États-Unis – 1933 – Noir et blanc – 80 min., vostf.

Réalisation : Leo McCarey..

Scénario : Bert Kalmar, Harry Ruby.

Image : Henry Sharp.

Son : H.M. Lindgren.

Chansons originales : Bert Kalmar et Harry Ruby.

Direction artistique : Hans Dreier, W.B. Ihnen.

Décors : .

Costumes : Edith Head.

Montage : LeRoy Stone.

Production : Paramount Pictures.

Avec : Groucho Marx (Rufus T. Firefly), Harpo Marx (Pinky), Chico Marx (Chicolini), Zeppo Marx (Bob Roland), Margaret Dumont (Mrs. Gloria Teasdale), Raquel Torres (Vera Marqual), Louis Calhern (Trentino), Edmund Breese (Zander).

 

 

 

L’HISTOIRE

La richissime Mrs. Teasdale, veuve de l’ancien président de Freedonia, accepte de renflouer les caisses du pays à condition que Rufus T. Firefly, pour lequel elle a de l’admiration et un petit faible, succède à son mari et prenne la tête du gouvernement. Mais l’ambassadeur de Sylvania, le fourbe Trentino, voudrait épouser Mrs. Teasdale pour régner en maître sur Freedonia.

 

CRITIQUE

L’énormité du rire n’empêche pas sa « vérité », au contraire, les Marx adaptent la caricature à leurs personnages, toujours identiques à eux-mêmes ; ils n’insèrent pas leur comique dans le réel, mais ils transforment la réalité pour qu’elle puisse s’insérer dans leur univers burlesque : à celle-là de s’adapter à celui-ci ! Le rire naît de ce décalage. Et c’est un rire libérateur car, par opposition au monde sclérosé et conventionnel de la réalité, le monde des Marx est un monde de spontanéité et d’invention, un monde où la sensibilité n’est pas étouffée, un monde vrai, débarrassé des conventions morales, de ses hiérarchies sociales, de sa laideur et de son ennui.

Jacques Chevallier, La Revue du cinéma n° 173, mai 1964, p. 104.