Première partie

L’instantané ‘‘Monaco en films’’, issu des collections de l’Institut.

Les Camarades

I Compagni – Italie - France - Yougoslavie – 1963 – Noir et blanc – 125 min. – VOSTF

Réalisation : Mario Monicelli.

Scénario : Agenore Incrocci, Furio Scarpelli, Mario Monicelli.

Image : Giuseppe Rotunno.

Son : Adriano Taloni.

Décors : Mario Garbuglia.

Costumes : Piero Tosi.

Montage : Ruggero Mastroianni.

Musique originale : Carlo Rustichelli.

Production : Vides Cinematografica (Roma), Lux Film (Roma), Méditerranée Cinéma Productions (Paris), Avala Film (Belgrade).

Avec : Marcello Mastroianni (le professeur Giuseppe Sinigaglia), Renato Salvatori (Raoul), Bernard Blier (Martinetti), Folco Lulli (Pautasso), Gabriella Giorgelli (Adele), François Périer (Di Meo), Annie Girardot (Niobe), Elvira Tonelli (Cesarina), Raffaella Carrà (Bianca), Vittorio Sanipoli (Baudet).

 

L’HISTOIRE

Vers 1905, dans une fabrique textile de Turin, les ouvriers, soumis à un rythme de travail infernal, voient se multiplier les accidents. Trois d’entre eux entrent en conflit avec le contremaître à la suite d’un nouveau drame. Il est alors décidé, en guise de protestation, que tous partiront une heure plus tôt ce soir-là. Fraîchement débarqué de Gênes, un instituteur, militant socialiste, pousse les ouvriers à s’organiser.

 

CRITIQUE

Monicelli filme en stratège minutieux destinées solitaires et glissements psychologiques en un mouvement de délitement réduisant ses personnages à des dominos soufflés un à un par le destin. Ce tragique n’emprunte pas plus au naturalisme d’un Zola qu’au folklore épique et luxuriant du Cinecittà des années soixante : il annonce plutôt, avec ses décors lugubres et proches de l’abstraction, la rencontre improbable du film de guerre (mais un film de guerre sans bataille) et de la fiction de gauche (mais une fiction de gauche sans bavardages) qui prospérera dans les années soixante-dix.

Vincent Malausa Cahiers du cinéma n° 749, nov. 2018, p. 74