Samedi 23 avril à 15h

 

Le cinéma scientifique

Projection et conférence de Béatrice de Pastre

Les relations de la science et du spectacle sont consubstantielles de l’aventure cinématographique, pour preuve les travaux d’Etienne-Jules Marey sur la compréhension du mouvement par sa décomposition permettant, par exemple, à son disciple renégat Georges Demenÿ, d’exploiter de façon spectaculaire cette découverte au profit de la mise en mouvement des images.

 

 

 

 

 

 

 

                          Affiche promotionnelle Adrien Barrère c. 1913 

                          © Collection Fondation Pathé

 

Cette tentation du spectacle accompagne les relations de la science et du cinéma au tout début du XXe siècle comme le montre encore le détournement du film pris à l’occasion d’une opération du docteur Doyen sur les sœurs siamoises Radica et Dodica. Des amphithéâtres des facultés de médecine, objectif initial du film, celui-ci se retrouve pièce maîtresse des cabinets de curiosités forains.

 

Jean Comandon, jeune médecin à l’hôpital Saint-Louis et expérimentateur du cinématographe à des fins de recherches scientifiques, crée un dispositif de microcinématographie pour visualiser les mouvements à l’intérieur d’une cellule ou identifier dans le sang le spirochète pâle. Il n’en organise pas moins en 1909 une projection présentant ces différentes bandes où se presse le Tout-Paris et notamment Élisabeth de Riquet de Caraman-Chimay, comtesse Greffulhe qui en fit un compte rendu enthousiaste au prince Albert de Monaco. Son travail cinématographique fut ainsi partagé entre la recherche, la transmission du savoir par le film et la vulgarisation scientifique que celui-ci permettait auprès du grand public.

 

Cette tension entre contenu scientifique et film pour le grand public s’incarne tout particulièrement dans la série Scientia, produite par Éclair cinéma qui de 1909 à la Première Guerre mondiale fit venir sur les écrans des salles de cinéma tout un monde étrange et jusque-là inconnu que seuls les microscopes et les hommes de science pouvaient entrevoir.

Béatrice de Pastre

Directrice adjointe du patrimoine cinématographique et directrice des collections du CNC, elle a co-dirigé avec Thierry Lefebvre la publication « Filmer la science, comprendre la vie. Le cinéma de Jean Comandon », un catalogue édité en février 2012 par le CNC

Les films du programme

Par ordre de projection

Films chronophotographiques d’Etienne-Jules Marey, 1900 -

Collection École nationale supérieure des beaux-arts - Restauration CNC

Films de Lucien Bull - Collection et restauration CNC
Vol d'une libellule, 1904

Prises de vues ultra-rapides de la chute d'une sphère dans un récipient contenant de l'eau, 1930

Vol d'une mouche, 1904

Les opérations du Docteur Doyen - Collection et restauration CNC

La Séparation des sœurs siamoises Radica et Dodica de Clément Maurice, 5 min, 1902

Résection du genou II d’Auguste Baron, 2 min, 1900

Films de Jean Comandon

Sang humain, 3 min, 1909 - Coll. Cinémathèque française - Restauration CNC © GPArchives

Bryozoaires d'eau douce, 3 min, 1910 - Collection Cinémathèque française - Restauration CNC © GPArchives

Lavez-vous les mains avant le repas, 3 min, 1918 - Coll. Thierry Lefebvre - Restauration CNC © GPArchives

Le taudis doit être vaincu, 2 min, 1918, co-réalisé avec Robert Lortac - Restauration CNC © GPArchives

Formation de cristaux aux dépens d'un précipité amorphe, 9 min, 1937 - Restauration CNC © Institut Pasteur

Les animaux transparents de la mer, film Scientia - Éclair, tourné au Musée océanographique de Monaco par André Bayard, 7 min, 1913 - Coll. Cinémathèque Robert-Lynen de la Ville de Paris - Restauration CNC

AFF_vulgarisation-scientifique.jpg