Hab 15 - Poetry.jpg

Bientôt la bande annonce

PREMIÈRE PARTIE :

L’instantané « Monaco en films », issu des collections de l’Institut.

POETRYde Lee Chang-dong

Shi - Corée du sud, 2010, couleur, 139 min., vostf.

Réalisation et scénario : Lee Chang-dong. Image : Kim Hyunseok. Son : Lee Seung-chul. Décors : Sihn Jeom-hui. Montage : Kim Hyun. Production : Unikorea, Pine House Film. Avec : Yoon Jeong-hee (Mija), Lee David (Jongwook), Kim Hee-ra (le président), Ahn Nae-sang (le père de Kibum).

L’HISTOIRE

Dans une petite ville de la province du Gyeonggi, traversée par le fleuve Han, Mija vit avec son petit-fils, qui est collégien. C’est une femme excentrique, pleine de curiosité, qui aime soigner son apparence. Le hasard l’amène à suivre des cours de poésie à la maison de la culture de son quartier et, pour la première fois de sa vie, à écrire un poème. Elle cherche la beauté dans son environnement habituel, auquel elle n’a prêté aucune attention particulière jusque-là. Survient un événement inattendu qui lui fait réaliser que la vie n’est pas aussi belle qu’elle le pensait.

CRITIQUE

Poetry est l’un des plus beaux films qu’il nous ait été donné de voir cette année, d’une intelligence et d’une puissance émotionnelle remarquables et, avis personnel, le prix du scénario qu’il a remporté à Cannes, ne lui rend pas tout à fait justice. Poetry est illuminé par la présence d’une comédienne comme le cinéma coréen semble mystérieusement en compter à foison. Yun Jung-hee fut une immense star, révélée au milieu des années 1960, qui avait arrêté le cinéma il y a plus de quinze ans pour suivre la carrière de son mari pianiste. De retour devant une caméra, elle prête à son personnage, Mija, un mélange singulier de candeur et d’entêtement.

Aurélien Ferenczi, Télérama, n° 3165, 25 août 2010, p. 36.