Elvira Madigan
Lire la vidéo

PREMIÈRE PARTIE :

L’instantané « Monaco en films », issu des collections de l’Institut, suivi d’un court métrage :

Mima de Yasmine Mellouk (France, 2022, couleur, 18 min 25.). Fairuz, jeune photographe artistique et engagée, rencontre une vieille femme qui lui fait étrangement penser à sa grand-mère morte depuis une dizaine d’années.

ELVIRA MADIGAN de Bo Widerberg

Elvira Madigan - Suède, 1967, couleur, 91 min., vostf.

Réalisation et scénario : Bo Widerberg. Image : Jörgen Persson. Son : Sven Fahlén. Montage : Bo Widerberg. Musique : Concerto pour piano n° 21 de W. A. Mozart. Production : Europa Films. Avec : Pia Degermark (Elvira Madigan), Thommy Berggren (Sixten Sparre), Lennart Malmer (Kristoffer), Cleo Jensen (Cleo).

 

L’HISTOIRE

1889. Un lieutenant de l’armée suédoise d’origine noble, le comte Sixten Sparre, a déserté pour s’enfuir avec une célèbre danseuse de corde, la belle Elvira Madigan. Un amour fou les enflamme et chacun abandonne ses devoirs, elle le cirque, ses amis et son public, lui, sa femme, ses enfants et l’armée. Ils fuient bientôt leur pays pour trouver refuge dans la campagne danoise, où ils vivent un bonheur intense. Mais l’hostilité à leur liaison illégitime et la précarité de leur vie deviennent pesantes.

CRITIQUE

Il faut s’attendre à ce que des critiques, dans le vent, ne trouvent dans ce film qu’une fable simplette, qu’une gravure précieuse, jolie, gracieuse, ennuyeuse. Il y a tant de détraqués et d’intoxiqués de modernisme qu’on verra certains s’attaquer à l’un des plus beaux films qu’il nous ait été donné de voir ces derniers temps. Sa beauté, le film la tient d’abord de la simplicité de son sujet, de sa sobriété ; peinture d’un bonheur qui est comme une bouffée d’air pur et tragédie somptueuse et cruelle d’un impossible amour. Il la tient aussi d’une réalisation parfaite : beauté plastique inoubliable des images de Jörgen Persson qui traduisent la vie, la joie, l’inquiétude, la tristesse.

André Cornand, La Revue du cinéma n° 211, décembre 1967, p. 99.